Harajuku Super Yosakoi !

Rien de mieux pour conclure un été riche en Matsuri et autre festivités, que le célèbre Harajuku Super Yosakoi qui se tenait hier à côté de la station Harajuku à Tokyo !
Vous prenez un brin de danse traditionnelle, un peu de J-pop genre AKB48, un parfum de comédie musicale, des vêtements entre tradition et modernité (vous avez vu comment j’l’ai bien casé celui-là 😉 )… et voilà ! Vous avez le Harajuku Super Yosakoi !
Harajuku Super Yosakoi
Alors je sais que dans ma sélection de photos (oui, on dirait pas comme ça mais j’ai fait une sélection… pour preuve, y’en a moins de 100…) il y a beaucoup de jeunes et jolies japonaises, mais afin de rétablir un peu de parité, j’ai mis des grands-mères et pour faire plaisir aux lectrices… quelques jeunes hommes ! Quoi ? Vous plaignez pas, j’avais vraiment pas un choix très étoffé pour la gente masculine… et ne me dites pas que j’ai loupé les beaux-gosses car focalisé sur les demoiselles… même pas vrai :-p
Et si vous vous souvenez bien, dans les archives de ce blog vous pouvez trouver l’autre évènement majeur de la journée qui commence le soir venu du côté de la station Koenji : le Koenji Awaodori 2009 et Koenji Awaodori 2010

Continuer la lecture de « Harajuku Super Yosakoi ! »

Tokyo Immanquables : Matsuri (festivals) d’été

Bon, l’été à Tokyo il y a les classiques feux d’artifice, danses du Obon-Odori… etc… mais il ne faut surtout pas rater un des nombreux Matsuri (festivals) qui animent les petits quartiers de la ville ! Comme celui du sanctuaire Tsukuda Sumiyoshi Grand Festival qui avait lieu le week-end dernier (en fait un peu plus que le samedi/dimanche car ça avait commencé le vendredi pour finir le lundi) dans le quartier de Tsukishima… que j’affectionne 😉
Shishi Tsukuda Sumiyoshi Grand Festival Tokyo Matsuri
Désolé, d’avoir été absent plus d’un mois du blog, beaucoup de Tokyo Safari (quasiment tous les jours), et du coup des milliers de photos à trier maintenant… Ben oui, je profite toujours de mes visites guidées de Tokyo pour faire des photos avec les Safaristes 😉
Les différents participants du 3 au 6 Août ont fait chacun un des 4 jours du matsuri, avec à chaque fois une expérience différente ! Des préparatifs au défilé des Shishi-Gashira (têtes de dragon/lion), et bien sûr le défilé des nombreux Mikoshi (temples portatifs), et le dernier jour j’en ai profité pour faire une vidéo, histoire que vous ayez un peu de l’ambiance (voir à la fin de la galerie d’images… 120 !) !

Maintenant si vous voulez m’aider à trier le paquet de photos faites depuis 1 mois, pour que je vous les publie ici, il va falloir me motiver ! Pour ça, rien de plus simple ! Cliquez sur « j’aime », laissez des commentaires, partagez sur Facebook/Twitter & co., mettez des liens vers mes articles sur vos blogs (même s’ils ne sont pas gros, vous n’imaginez pas à quel point un petit mot et un lien me motive !)… bref, plus vous me montrez que vous appréciez mon travail plus ça me motive à vous en offrir toujours plus 😉

PS : demain il y a « la suite » avec le Fukagawa Hachiman

Continuer la lecture de « Tokyo Immanquables : Matsuri (festivals) d’été »

Shishi Matsuri au sanctuaire Namiyoke Inari à Tsukiji

Chaque année début Juin, là où commence la saison des pluies, se tient le Shishi matsuri (festival) qui part du sanctuaire Namiyoke Inari et fait le tour du quartier de Tsukiji (connu pour son gigantesque marché au poisson) la particularité de ce festival est de voir défiler en plus du classique mikoshi (sorte de temple portatif) les Shishi (croisement entre un lion et un dragon marin) du sanctuaire qui sont une autre représentation du dieu Inari (explications dans la suite), un peu arrangés pour connoter des divinités marines. Si ce matsuri est en cette période ce n’est pas pour rien, la pluie rappelant l’histoire du sanctuaire construit pour apaiser les dieux de l’océan, car le quartier gagné sur la baie fut entièrement submergé par de grandes vagues lorsqu’une représentation du dieu Inari (messager des dieux en forme de renard) fut emporté par une inondation après de fortes pluies.
Shishi Matsuri Tsukiji
Ainsi, les festivités commenceront par la sortie du mikoshi porté par tout le monde (jeunes et moins jeunes, hommes et femmes), puis suivra le Shishi mâle porté que par des hommes et enfin le Shishi femelle porté que par des femmes !
Hier avec la pluie battante j’avais au début peur que le Shishi matsuri ne soit annulé comme c’est souvent le cas quand il pleut, mais c’était sans compter sur l’histoire de ce festival et le fait que le quartier étant celui des pêcheurs, c’est pas de l’eau tombée du ciel qui leur ferait peur ! Du coup l’ambiance bordélique sous la pluie où participants et spectateurs sont trempés de la tête aux pieds, semblait rapprocher les deux et tous exprimaient une grande joie (les gens souriaient/rigolaient, pas de cris ni d’insultes pendant la bousculade pour ouvrir le chemin au mikoshi/Shishi, aucun geste violent…) d’être là… bref, une ambiance qui tranchait avec ce que j’avais l’habitude de connaitre du côté de Tsukiji, où l’on fait comprendre aux étrangers qu’ils ne sont pas les bienvenus avec leur appareil photo (ça à cause de nombreux touristes ayant fait des problèmes vers 2007… d’où les restrictions d’accès au marché qui ont été instaurées par la suite, comme l’encadrement de la criée au thon… etc…).
Résultat j’étais entièrement trempé et mon vieux 5D (8 ans le coco) ressorti pour l’occasion a prouvé une fois de plus qu’il était increvable car même avec de l’eau infiltrée et du coup 2 gros plantages m’obligeant à enlever la batterie pour le faire redémarrer, il m’a permis de faire de supers photos jusqu’au bout ! Voir la galerie d’images qui sont comme d’habitude sur le blog, sans retouches 😉

Aussi ressortir mon vieux reflex était un petit clin d’œil à ce vieux blog qui fête aujourd’hui ses 7 ans d’existence ! En « age blog » ça lui fait bien plus de 100 ans ! Et je compte sur vous pour venir le plus souvent possible lui rendre visite, sans forcément attendre de voir une news passer sur Facebook et Twitter, hein 😉

Continuer la lecture de « Shishi Matsuri au sanctuaire Namiyoke Inari à Tsukiji »

Quand les sumos disent adieu ! Danpatsu-shiki : cérémonie de fin de carrière de Futen’ō Izumi

Dimanche dernier j’étais avec ma petite famille convié par un ami (Ken Watanabe de Genki Japan) à assister à la cérémonie de fin de carrière du sumotori Futen’ō Izumi. Notre carré de 4 places (coussins) était plutôt bien situé et l’on a pu profiter du spectacle en mangeant et buvant (comme il se fait pendant les tournois).
J’avais déjà assisté à un tournoi (souvenez-vous de mon post ici), mais c’était la première fois que j’assistais à une cérémonie d’adieu, et j’en découvrais donc les règles/rites…
Danpatsu-shiki de Futen'ō Izumi
Futen’ō Izumi avait annoncé sa fin de carrière en Mai dernier, démotivé par l’annulation du tournoi d’Osaka et les affaires de matchs truqués… C’était un des rares sumos à tenir un blog (voir ici) et bien qu’il ait connu quelques succès, il n’est pas vraiment célèbre… c’est surtout sa gentillesse qui marquera les esprits. Très souriant, il sera très accessible avant le début de la cérémonie, pour faire des photos avec les spectateurs/fans.
Voilà comment se passe la cérémonie d’adieu des sumos :
– les portes s’ouvrent à 11h00, le sumo qui part à la retraite vous accueille à l’entrée du stade (ici c’était le Ryogoku à Tokyo)
– les autres champions sont alignés à l’intérieur et l’on peut même prendre une photo avec le Yokozuna (champion en titre) !
– on découvre les cadeaux d’adieu (ici 3 kesho-mawashi sorte de tablier du sumo qui généralement reprend le nom/logo du sponsor…)
– puis on entre dans la salle où les festivités commencent à 11h30 au son du taïko (tambour japonais)

– on a droit à quelques combats de la basse ligue
– puis on découvre les talents de chanteur des sumos (généralement les amis/camarades de celui qui part)
– arrive ensuite le duo comique de sumos ! Oui, vous avez droit à 2 sumos qui font les pitres pour amuser l’assistance
– on mangera et boira pendant la présentation/défilé des différents sumos de Seconde et Première ligue avec leur kesho-mawashi respectif
– on assiste à une démonstration de coiffure chon-mage (chignon plat qui revient vers l’avant, c’est la coiffure traditionnelle des lutteurs sumo)
– puis moment crucial du danpatsu-shiki, qui est la véritable cérémonie d’adieu et aussi la plus émouvante, où sponsors, adversaires, famille et amis défileront les uns après les autres (200 ce jour-là, mais seulement des hommes car aucune femme n’a le droit de toucher ou marcher sur le dohyō -ring de combat sacré-) pour couper une partie des cheveux composant le chon-mage
– après un résumé de la vie de sumo (la salle est dans le noir sauf lui), son maître vient lui-même donner les derniers coups de ciseaux qui mettrons une fin définitive et irrévocable à sa carrière du lutteur (énorme émotion)
– s’en suivent des combats avec pour point d’orgue le dernier match des 2 meilleurs du championnat actuel
– la cérémonie du yumitori-shiki (sorte de danse avec un arc) conclura cette journée

Cette cérémonie d’adieu m’aura vraiment marqué par l’émotion qui s’en dégage, c’est comme si l’on pouvait assister à son propre enterrement… le lutteur Futen’ō Izumi disparaît pour de bon et l’homme derrière retrouve son vrai nom : Izumi Uchida
On se rend compte aussi des liens qui se sont créent entre lutteurs et qu’il s’agit là d’une véritable famille. C’est beau et triste à la fois, mais je pense que tout sportif qui a connu de nombreuses années d’entrainements intensifs et de compétitions mériterait une telle cérémonie d’adieu… c’est une énorme page de sa vie que l’on tourne. Izumi san va maintenant commencer une nouvelle vie en tant qu’entraîneur.

PS : on a aussi eu droit à un bon défilé de Yakusa ! Ces derniers étant souvent « sponsors » des sumos……

Continuer la lecture de « Quand les sumos disent adieu ! Danpatsu-shiki : cérémonie de fin de carrière de Futen’ō Izumi »

Les photos du Awa Odori de Tokushima

Je vous avais déjà parlé/montré plusieurs fois le Bon Odori (comme ici), danses que l’on fait généralement en Août pour honorer la mémoire des morts. Je vous avais aussi montré quelques Awa-Odori, toujours dans l’esprit d’honorer les morts mais pratiqués par des groupes « professionnels » et entraînés, le plus marquant était celui du Koenji (voir ici et ) qui est le deuxième plus grand festival de danses traditionnelles du Japon !
Et bien si cet été j’étais allé à Tokushima… c’était pour voir celui qui est le premier grand festival de danses folkloriques Awa… et qui en est à l’origine !
Tokushima Awa-Odori
La ville de Tokushima (dont l’ancien nom est Awa) à vu naître en 1587 la première forme de la danse Awa-Odori, en effet, pour fêter la construction du château de Tokushima le seigneur Hachisuka Iemasa (1558-1638) décida d’offrir à tous les habitants de la ville du saké. Pendant que les festivités allaient bon train, les gens se mirent à danser… mais sous l’effet de l’alcool leur démarche vacillante donna un style particulier aux danses qu’ils exécutaient… ce qui créa le style des danses d’Awa-Odori et le côté festif qui les accompagne 😉
Ils faut savoir qu’une fois les nombreux danseurs (le festival compte sur les 4 jours plus de 100 000 danseurs !) passés, pendant leur long défilé de plusieurs heures où les groupes de différentes régions du Japon se succèdent, tout le public sera invité à les rejoindre et danser tous ensemble dans une bonne humeur ambiante !
Dommage, comme on était en plein marathon découverte et que les hôtels étaient tous complets (plusieurs semaines à l’avance pour la ville elle-même, ainsi que celles alentours !), on a dû rapidement prendre un train bondé qui nous a amené à Takamatsu où un hôtel pour jeunes travailleurs nous attendait…

En tout cas, même si je ne suis pas super satisfait des photos (je saurai où mieux me placer la prochaine fois), j’ai adoré ce festival de danses vraiment impressionnant et vous le recommande chaudement ! Pensez quand même à relire mes anciens posts pour mieux vous organiser (on peut acheter des places le jour même comme on l’a fait, mais c’est mieux de tout bien réserver longtemps à l’avance… et quand je dis longtemps c’est au moins 6 mois !)

PS : A partir d’aujourd’hui (lundi 21 novembre) et jusqu’à samedi, je « participe » au Salon Idées Japon ! Vous pouvez y voir quelques-unes de mes photos (certaines sont en vente et 100% du prix ira pour une association d’aide aux sinistrés du Tohoku victimes du tsunami du 11 Mars) et acheter mes livres au stand Komikku !

Continuer la lecture de « Les photos du Awa Odori de Tokushima »

Toba la ville de Mikimoto et ses plongeuses Ama !

Quand on arrive à Toba, on sent les efforts pour refaire battre le cœur de la ville, mais très vite le constat est sans appel… c’est mort dans le coin ! Les tentatives semblent avoir été nombreuses mais l’esprit euphorique d’antan n’est aujourd’hui visible que sur le papier glacé d’anciennes photographies en noir & blanc accrochées aux murs…
Plongeuse Ama du musée Mikimoto pêcheuse de perles
Les pêcheuses d’huîtres perlières (qui sont des plongeuses Ama, et ne se limitent pas aux seules huîtres pour leur pêche en apnée) et l’aquarium sont les seuls à attirer encore quelques touristes égarés… comme nous l’avons été… surtout en choisissant de séjourner une nuit ici… ^^x
L’hôtel choisi, loin de crouler sous la clientèle, doit bien être le seul du coin (du moins de ce côté). Le plus drôle c’est que ma femme s’était trompée dans la date de réservation, et le gérant, assez arrangeant, a bien voulu éplucher son registre des réservations pour nous trouver une chambre de libre (c’était pas dur, les seuls autres clients était un couple de retraités venus revivre leurs jeunes années, en réservant le même hôtel qu’il y a 40 ans… Ils n’ont pas dû être déçus car n’ayant pas connu de travaux depuis -seules les télévisions sont d’aujourd’hui pour cause d’arrêt en Juillet dernier de la TV analogique- il a dû être authentique pour eux !).
Après avoir posé nos bagages (on avait quand même fait 3h30 de train d’affilée, 1h30 pour Yokohama->Nagoya et 2h pour Nagoya->Toba -JR Rapid Mie 5-) on a pris la direction d’un restaurant pour un bon bol de Udon du coin (le Tekone Udon est la spécialité de Toba). Après direction le musée de Mikimoto (Kokichi Mikimoto -1858 à 1954- fut le premier au monde à réussir à produire des perles de culture) qui se trouve sur une petite île juste à côté accessible par une passerelle… mais plus que le musée c’était la démonstration des plongeuses Ama (toutes les heures) qui m’intéressait. Après mettre acquitté des 1500 Yens de droit d’entrée, je fus bien content de m’être imposé dans la séance photos d’un magazine, ce qui m’a permis de faire ce cliché des jolies et jeunes pêcheuses de perles posant avec en fond la statue de Kokichi Mikimoto 🙂
Comme je m’étais bien fait remarquer (les photographes pros japonais étaient dégoûtés de me voir débouler dans leur séance… Je dois avouer que j’aurais su que c’était une séance organisée pour eux, et que cela ne faisait pas partie de la démonstration classique, je n’aurais pas osé mettre mes gros sabots dans le plat comme je l’ai fait !) les pêcheuses qui avaient posé me faisaient de grands sourires pendant leur démonstration de pêche… nickel pour mes portraits aquatiques 😉

PS : je regrette juste de ne pas avoir été photographe début 1900, car à l’époque les plongeuses Ama travaillaient torse nu voir même entièrement nues ! ;-(

Continuer la lecture de « Toba la ville de Mikimoto et ses plongeuses Ama ! »

Golden Week !

Les sacs à dos sont bouclés, on est prêt pour le Golden Week, car c’est LA semaine de vacances des japonais ! Mais cette année ça ne sera pas comme d’habitude… Suite au 11 Mars, les japonais ne sont plus trop enclins à dépenser de l’argent pour les loisirs, c’est que l’on s’attend à un 2ème tsunami ici… pas naturel, mais économique !
Les premières victimes sont déjà les sociétés liées au tourisme (90% de voyageurs étrangers en moins et 30% de japonais aussi) et les sociétés de loisirs (grosse baisse dans la vente de matériel électronique… TV, consoles & co.), mais suivront de près beaucoup d’autres… Donc un Golden Week plutôt morose où l’on fera attention à ses dépenses, quitte à rester à la maison…
Chiens dans le sac à dos
Nous on part à la montagne dans la famille à Matsumoto… ça fera quelques économies de squatter un peu chez eux 😉
Beaucoup de japonais profitent aussi du Golden Week pour se porter volontaire et aller aider les ONG et autres associations sur les zones sinistrées. Si ça vous intéresse, j’avais posté un lien (cliquez ici) pointant sur ce blog, qui fait une liste d’associations sur le terrain, avec explications en anglais. Car il ne faut pas oublier que des milliers de réfugiés sont toujours sans toit au Nord Est du pays. Et par pitié, ne faites pas comme certains blogueurs qui partent comme ça sur les zones sinistrés pour faire du tourisme de catastrophe… allez-y avec une association pour vraiment aider les gens !

Vous pourrez me suivre comme toujours dans mon aventure « montagne » sur Twitter.com/lejapon, dans la partie Live du site (voir la colonne de droite « SUR LE LIVE ») et éventuellement en direct vidéo de 30 minutes (quand la connexion le permet) sur Ustream normalement au alentours de 8h00~9h00 (heure de Paris)… je préviens du Live sur Twitter et Facebook quelques minutes avant.

Continuer la lecture de « Golden Week ! »

Jour de l’An au Japon

Un Jour de l’An typique nippon commence par une visite au temple bouddhiste, pour faire sonner la cloche (ça je vous en avais déjà parlé) aux environs de minuit, puis on va vite faire dodo (moi je finissais un texte pour le 5ème livre, mon éditeur japonais pleurant à l’idée de ne pas tout avoir en 2010)… et théoriquement on doit se lever à l’aube…….. pour voir le lever du soleil et ensuite prendre le fameux petit déjeuner hyper copieux d’Oshogatsu (qui fait office de repas du réveillon)… ben on a juste pris le p’tit déj’ traditionnel 😉
Temple bouddhiste Oshogatsu
Après avoir bien émergé, on est allé faire un tour au sanctuaire Shinto pour la première visite de l’année, on en a profité pour brûler les décorations et autres porte-bonheur « religieux » (c’est le Dondo Yaki).
Et enfin, toutes les obligations traditionnelles bouclées, on a pu se reposer… enfin presque car j’étais de corvée de cerf-volant (voir dans la partie Live ici)… sportive, quand il n’y a pas de vent ! ^^x
PS : Ah mince, j’ai oublié de noter ce que j’ai rêvé le 1er Janvier… voir page 120 de JAPON 365 Us et Coutumes 😉

Continuer la lecture de « Jour de l’An au Japon »

Danse du héron au Tokyo Jidai Matsuri

Ce mercredi matin, avant d’enchaîner avec le festival Ainus (oui, enfin !) de Nakano, j’avais fait un saut rapide au Tokyo Jidai Matsuri du quartier Asakusa, qui se tenait dans l’enceinte du temple Sensoji, pour assister à la danse du cygne… du héron ! LOL
Danse du héron au Tokyo Jidai Matsuri festival
Je pensais que ça allait être kitch à souhait, mais finalement c’était très beau à voir, et la parade amoureuse du héron était plutôt bien réalisée.
L’après-midi, le Tokyo Jidai Matsuri (inspiré de celui de Kyoto, ce « festival des âges » étant l’un des trois plus importants festivals de l’ancienne capitale du Japon -Kyoto-) se résumait à un défilé en tenues de samouraïs et autres costumes d’époque résumant un peu plus de 500 ans d’histoire de Tokyo (à partir de la création d’Edo -ancien nom de Tokyo- par Dokan Ota -il a sa statue dans le Forum International de Tokyo-)…….. Mais, moi, j’étais à l’autre bout de Tokyo à Nakano (ne pas confondre avec Nagano) pour photographier les Ainus (et en finir avec le 4ème livre dont je signe les photos !)… Mais ça, ce sera pour le prochain post ! 😉

Continuer la lecture de « Danse du héron au Tokyo Jidai Matsuri »

Super Yosakoi et Koenji Awaodori

Avant hier (dimanche) le Tokyo Safari du jour s’est conclu par 2 festivals de danse : le Super Yosakoi et le Koenji Awaodori.
Le premier fut court puisque l’on est arrivé pour le dernier groupe de danse (je vous mets une vidéo), et le deuxième, quant à lui, annonçait une bonne soirée en perspective réunissant toutes les bonnes conditions météo pour un shooting, ce qui n’avait rien à voir avec celui de l’an dernier sous la pluie : voir mon post ici !
Koenji Awaodori
Malheureusement, cette année, je n’avais pas pu m’encombrer de mon super zoom 70-200mm f2.8 et j’avais opté pour le léger 50mm f1.4 pour faire du portrait… Autant j’étais beaucoup trop loin pour le Super Yosakoi, et ça donnait pas grand chose… autant pour le Koenji Awaodori j’étais aux premières loges et voire même trop près pour faire de la photo par moments (les danseurs passant à une dizaines de centimètres de moi).
Bref, je ramène encore un énorme stock du Koenji Awaodori et je crois que l’année prochaine je me concentrerai principalement sur de la vidéo… à moins d’avoir la chance d’être dans le staff d’un groupe et pouvoir faire des photos au milieu d’eux… mon rêve ! 😉

PS pour Canon : il serait peut-être temps de sortir un EOS 5D mark III avec l’auto-focus du 7D, car vu que sur le 5D mark II c’est le même que le Mark I… la nuit ça pêche un peu (je suis toujours en collimateur central sur mon vieux 5D)… et ça me bloque pour l’achat du dit Mark II (qui mis à part la vidéo n’est pas une révolution en photo comparé au Mark I) ! Mais je ne dis pas non si vous me l’offrez (vu que je vous avais fait quand même une méga promo gratuite avec Tokyo Reality), ou mieux, le futur EOS 1Ds Mark IV que vous allez présenter le mois prochain… LOL

Continuer la lecture de « Super Yosakoi et Koenji Awaodori »