Les transports au Japon : train, Shinkansen, métro, bus, taxi…

On continue la série des bons conseils pour partir en voyage au Japon par les transports en communs !
Si comme 80 pourcents des voyageurs au Japon, vous avez opté pour Tokyo pour commencer votre trip au Pays du Soleil Levant, vous allez descendre de l’avion (je parlerai dans un autre article des moyens alternatifs pour débarquer au Japon) généralement à l’aéroport de Narita (en vol direct, il y a aussi celui d’Haneda maintenant) … Et contrairement à celui de Haneda, l’aéroport de Narita est loin de Tokyo ! Donc vous aurez le choix entre, le train, le bus et le taxi !
Shinkansen e5
1. Débarquement à l’aéroport international de Tokyo Narita
Pour vous rendre sur Tokyo depuis Narita, vous pouvez prendre la route (au moins 2 heures de trajet) avec un taxi, mais ça vous coûtera une fortune (je pense plus de 20 000 Yens)… ou alors prendre les nombreux Limousine Bus (attention au nom trompeur, c’est un autocar on ne peut plus normal avec une soute à bagages) qui sont réguliers (toutes les 15-20 minutes) et desservent la plupart des hôtels connus de Tokyo mais aussi Yokohama ! A vous de choisir le bon en allant à un des guichets dans l’aéroport… vous en aurez pour au moins 3000 Yens.
Le JR Narita Express est comme son nom l’indique un train express pour Narita, et dans notre cas… de Narita ! Il dessert les stations principales que sont Tokyo (en 1h), Shinjuku (1h20), Ikebukuro (1h30) ou encore Yokohama (1h30… Attention, celui qui va à Yokohama n’est pas le même que celui pour Shinjuku/Ikebukuro). Vous pouvez acheter votre place à l’aéroport dans un des distributeurs de billets automatiques JR Narita Express ou dans un bureau de réservations de billets JR au niveau B1. Mais la subtilité à connaitre est la possibilité d’acheter une Suica (voir plus bas) en même temps ! C’est Suica & N’EX (N’EX c’est pour Narita EXpress) et vous pouvez en achetant ce package économiser au moins 1440 Yens sur l’aller simple pour la station Tokyo (3500 Yens au lieu de 4940 !), pour plus de détails voici le site en anglais.
Si vous devez vous rendre à Ueno, optez plutôt pour la ligne de train Keisei. Le billet coûte 2400 Yens pour le super express (Skyliner) ou 1000 Yens pour l’express (Futsu Tokkyu). Le Skyliner met 45 minutes pour se rendre à la station Ueno, alors que l’express mettra lui 1h15.

Continuer la lecture de « Les transports au Japon : train, Shinkansen, métro, bus, taxi… »

Au lieu de faire le tour du Japon, prenez le ferry !

Après le Koya san notre parcours nous menait à Tokushima pour le Awa-odori qui est le plus célèbre festival de danse traditionnelle du Japon. Pour passer de l’un à l’autre il aurait fallu faire 8 heures de train… ou 2 heures de bateau !
Ferry Wakayama -> Tokushima
Le calcul fut rapide et l’aventure intéressante ! On a dessus le Koya-san direction Wakayama, puis pris un petit train local pour aller à l’embarcadère du ferry qui en 2 heures nous mena quasiment au centre ville de Tokushima !
Il n’y a pas beaucoup de ferry qui font la traversée (8 par jour), donc mieux vaut pas le rater car c’est vraiment mort autour de l’embarcadère du côté de Wakayama… Le ticket en poche (2000 Yens par personne) on a attendu dans la minuscule salle d’attente (digne d’une gare de campagne) que le ferry soit prêt au départ. Une fois monté à bord, les surprises se sont enchainées !
1- on a aucune vue sur l’avant… juste sur les côtés et les échappements à l’arrière…
2- très peu de sièges… on est tous par terre sur la moquette… c’est en même temps très convivial, et fait un peu penser à un gros pique-nique !
3- machines à sous, distributeurs d’aliments (Cup Ramen), petite TV et autres manga/magazines sont là pour divertir un peu…
4- le sol du bateau penchait vers l’arrière et apparemment c’est comme ça…
5- des mascottes mangas pour les Otaku (mais prennent-ils vraiment le ferry ?)
6- une jolie eau bleu limpide mais qui semblait abyssale !

Bref, on était dans un bateau de longues traversées pour les gens qui n’ont pas trop les moyens ou qui ne se déplacent pas sans leur voiture à portée de la main… rien à voir avec les autres ferrys que j’ai pris au Japon (comme celui qui va à Naoshima).
Pittoresque et très pratique, je vous recommande d’essayer ce moyen de transport quand vous voulez passer d’île en île au Japon, sans faire tout un long détour en train !

Prochain défi la traversée de Kyushu vers la Corée du Sud !
Et à propos de défi, n’oubliez pas qu’il vous reste que jusqu’à la fin de cette semaine pour participer au concours photo et gagner un voyage au Japon !

Continuer la lecture de « Au lieu de faire le tour du Japon, prenez le ferry ! »

Une journée ordinaire en passant chez Gacha Land !

Bon là, je prépare la rentrée 2011 de mes Tokyo Safari ! J’ai revu en plus simple l’offre… et nouveauté 2011 : un Tokyo Safari Groupe pour ceux qui voyagent seul ou veulent payer un peu moins… par contre le parcours est prédéfini et moins libre qu’un Tokyo Safari Privé… logique !
Gacha balls Land
L’option Survivor est bien mise en évidence comme option pour ceux qui veulent continuer l’exploration de la ville en mode nocturne après la journée « classique ». Aussi je demande maintenant dès l’inscription si vous voulez faire le tour à pied, à vélo ou en rollers…
Bref, après l’officialisation de l’activité il y a 1 an, et son succès grandissant, le Tokyo Safari s’améliore pour 2011 afin de toujours mieux correspondre aux demandes et offrir plus de choix (surtout la possibilité maintenant aux voyageurs solitaires de participer, ainsi que de rencontrer d’autres personnes pour vivre une expérience unique).

Cette semaine je vais aussi en profiter pour explorer de nouveaux coins où mieux quadriller certains… je ne manquerai pas de vous faire part des découvertes sur la partie Live du site ou mon Twitter 😉

Autres infos : je vais venir en France (du 27 Janvier au 10 Février) pour la sortie du nouveau (4ème) livre : JAPON Grands Voyageurs dont je signe les photos !
Vu que je repars au Japon le 10 Février et que la sortie est le 9, il n’y aura qu’une seule journée dédicaces à Paris pour ce dernier… Mais je compte faire une journée dédicaces pour les autres (JAPON, Traditionnel Japon et JAPON 365 Us et Coutumes) à Angoulême ou Bordeaux (si certains d’entre-vous connaissent bien une librairie dans une de ces 2 villes et qu’elle est prête à m’accueillir, qu’ils me le fassent savoir 🙂 ) ainsi que du côté de Lyon si c’était possible !
Il y aura aussi une journée rencontre (le dimanche) à Paris consacrée au Tokyo Safari, où je pourrai éventuellement dédicacer quelques livres.
Je sais que c’est un peu léger (j’aurais bien aimé retourner à Metz) mais la promotion que j’ai réussie à avoir sur les billets d’avion était vraiment très limitée sur la durée du séjour…….. qui sait, avec la sortie du 5ème livre en Septembre, je pourrai peut-être négocier un billet d’avion avec mon éditeur et prendre le temps de faire le tour de France 😉

PS : les « Gacha » se sont ces distributeurs de boules en plastique (cf. photo du post) dont le contenu n’est pas connu (comme un Kinder Surprise 😉 )

Continuer la lecture de « Une journée ordinaire en passant chez Gacha Land ! »

Fuji san – Part I : L’ascension du Mont Fuji de nuit

Il existe des choses que l’on se dit devoir faire au moins une fois dans sa vie… et gravir le Mont Fuji était sur ma liste ! Alors quand mes 3 compères furent d’attaque, il n’était plus question de reculer !
Aujourd’hui je vais vous conter la montée, qui restera à jamais gravée sur ma rétine comme une des plus belles expériences visuelles de ma vie ! Faut dire pourtant que ces dernières semaines j’ai bien enchaîné niveau spot photo du Japon… mais celui-là on ne le commande pas ! La nature seule décide de peindre ou dépeindre son œuvre aux plus courageux.
Montée du Mont Fuji de nuit
Tout commence à 18h30 avant-hier (vendredi 20 Août) à Yokohama… autant on s’était bien préparé pour l’équipement, autant on a été de vrais fainéants (personne n’avait cherché) pour collecter les renseignements sur la route à suivre jusqu’au sommet. Mais heureusement, on pointe la bonne 5ème station sur le GPS de la voiture (il faut faire TRÈS attention car il y a plusieurs 5èmes stations !), direction donc la 5ème station Kawaguchiko (que certains pensent être par erreur Yoshida-guchi qui est une station différente mais dont les voies respectives se rejoignent à la 6ème station…) ! Après 3 heures de route et la traversée d’un orage qui ne nous rassure en rien pour la suite de l’expédition, on arrive à 21h30 dans les embouteillages pour le parking de Kawaguchiko au-dessus des nuages.
Après s’être équipés et avoir marché pendant quelques minutes, on arrive enfin à 22h00 à la 5ème station Kawaguchiko… Là, grosse surprise ! On dirait un méga centre commercial, avec magasins, restaurants et hôtel, et l’équipement Louis Vuitton de certains qui tranche clairement avec les sacs de montagne des autres… Enfin bref, sur la voie principale Yoshida Trail (notez bien le nom de cette route -jaune-, c’est important !) qui va au sommet l’uniformité se crée et l’on sent que ça ne va pas être une partie de plaisir !
La quasi pleine lune est magnifique, et offre un phare sur le spectacle grandiose qu’est la nappe de nuages recouvrant la vallée… en fait le reste du monde, tant ça semble s’étendre jusqu’à l’horizon ! Je cale l’appareil par terre ou sur des rochers pour faire de longues poses, donnant par moment l’illusion d’une photo de jour. Je jubile, tellement c’est beau ! :-p
Ça avance tranquille, et de la 6ème station le chemin éclairé par les lampes frontales des premiers grimpeurs semble assez facile… une randonnée sympatoche entre amis quoi !
Hum hum, à partir de la 7ème station à 2700m d’altitude, ça commence à raidir un peu, mais le groupe reste solidaire 🙂
8ème station « Taishikan » 3100m, là les mains ont été mises à contribution pour l’atteindre, et l’on compte un retardataire qui commence à bien avoir du mal à suivre notre rythme de tête. La fatigue se fait sentir mais quand je décide d’éteindre ma lampe pour admirer le paysage………. j’en pleure tellement c’est beau ! Les photos pour une fois retranscrivent bien la splendeur naturelle qui s’offre à nous… J’ai l’impression de voir le cosmos à travers un des meilleurs télescopes, sauf que dans le cas présent les galaxies et autres supers-nova se trouvent juste là… à mes pieds ! Mon cœur bat la chamade rien que d’y repenser ! 😮
La 9ème station marque la dernière ligne droite, et les embouteillages se font sentir avant le passage du premier torii (portique) du sanctuaire (au sommet)… Après le franchissement de ce dernier, la batterie de mon réflexe lâche et il refuse de s’allumer… Je décide de le ranger dans le sac à dos et de continuer avec le petit Ixus, d’autant que ça monte très raide maintenant !
Beaucoup préfère arrêter là la montée pour admirer tranquillement le lever du soleil… avec mon compagnon de tête (l’autre agonisant… mais luttant bravement beaucoup plus bas), on décide de faire de même à 4h30. J’en profite pour réchauffer la batterie de mon bon vieux Canon 5D (il a encore bien morflé le pauvre… la roche volcanique étant bien tranchante), pour obtenir un dernier souffle et immortaliser l’instant sur un capteur digne de ce nom ! Gagner ! Elle est repartie de plus belle !
Après quelques dizaines de minutes (à 5h15), on atteint le sanctuaire shinto et par là même le sommet du Mont Fuji (3776m si on va tout en haut du plus haut rocher), plus communément nommé Fuji San au Japon (et mal interprété par « Fujiyama » en français). Après un petit tour du propriétaire (on n’avait pas la force de faire tout le tour)… sans grand intérêt, puisque le Fuji est superbe de loin, mais le sommet se résume quant à lui à un cratère, des cailloux, et des distributeurs de boissons hors de prix (500 Yens la petite bouteille d’eau)… on sabre la bouteille de bière Erdinger avec l’arrivée du dernier membre de notre « cordée », tout en admirant le paysage ! LOL
Le prochain post sera sur la descente… aux enfers ! ^^x

Point infos : la montée ne s’improvise pas niveau équipement, et je vous recommande donc de bien penser à :
– 1 bonne paire de chaussures qui tiennent bien les chevilles car il faudra sur la fin passer de rocher en rocher
– 1 lampe frontale
– 1 paire de gants (la roche est tranchante) que l’on peut acheter à la 5ème station pour 200 Yens
– 1 un T-shirt manches longues
– 1 pull-over
– 1 K-way ou parqua pour se protéger de l’humidité ou du froid… voir des deux !
– 2 litres d’eau ou 1 litre d’eau et le reste en boissons (jus de fruit… bière…)
– et des petites serviettes, dont une que vous attacherez autour du coup pour minimiser la coulée de sueur dans le dos

Merci à Vincent qui avait été de bon conseil 😉

PS : les photos n’ont pas été retouchées d’un poil ! 😉

Continuer la lecture de « Fuji san – Part I : L’ascension du Mont Fuji de nuit »

Des magazines pour enfants comme on en rêvait !

J’adore les magazines pour enfants au Japon ! Ils ont souvent des gadgets à la PIF Gadgets de mon enfance, mais aussi, il y a toujours des trucs à construire en carton… et je dois dire que je m’amuse à chaque fois comme un petit fou !
Magazine enfant Anpaman
Bien que le dernier en date soit un stand de marchand de glace (cf. photos), ils sont souvent très complexes et de toutes sortes… j’ai déjà fait un tractopelle, un train, un robot, une épée de super héros… etc… Mais celui qui me marquera le plus est sans aucun doute le distributeur de canettes (voir photos) que j’avais monté en Mars dernier pendant notre passage à Paris pour mes dédicaces. Christelle qui nous hébergeait n’en revenait pas et en a même écrit un post sur son blog (voir tout en bas, Christelle me fait remarquer des choses que je ne remarque même plus -cf. les chats bus-) LOL

J’ai jamais vu ce genre de mag en France… pourquoi ? C’est pourtant pas compliqué… et pas cher… juste un carton prédécoupé… Avis aux éditeurs !

Continuer la lecture de « Des magazines pour enfants comme on en rêvait ! »

Cross Fooding avec MosDo, un KitKat au bon goût de Yokohama et un distributeur de caca !

Ah oui, aujourd’hui je vous gâte question bizarrerie japonaise 😉
On commence avec la mode du moment : le cross-fooding (cherchez pas dans le dico, c’est moi qui l’ai inventé… en m’inspirant du « crossover » des comics qui consiste à mélanger les personnages de diverses séries)… Donc Mister Donut (chaîne de donuts comme son nom l’indique) et Mos Burger (chaîne de burger comme son nom l’indique aussi), s’amusent depuis quelques mois à faire des mix ! Donc chez Mister Donut on aura des mini beignets aux faux airs de burger (composé d’une tablette de chocolat noisette pour imiter la viande, accompagne d’une crème genre pistache et fraise) et chez Mos Burger on aura un burger avec un trou au milieu style donut (en fait certains diront qu’il s’agit là d’un simple sandwich Bagles)… pas encore essayé ce dernier…
MosDo
Pour ce qui est du Kit Kat qui est une véritable institution au Japon… Qui pour les 150 ans de Yokohama a sorti un Kit Kat spécial… non pas au goût urbain de la ville mais au caramel salé (oui, le mien n’a pas trop aimé la chaleur humide du moment)… Bref, à se demander s’il y a une saveur qui n’ait pas dérivée en Kit Kat…
Et pour finir en beauté, le distributeur de caca !!! Allez je vous rassure, ils sont en plastique et ont une petite Led pour éclairer la nuit… Youhou ! Voilà encore des marketeurs victimes de leur souvenir du manga Dr Slump ! Le Japon comme on l’aime !!! LOL

PS : Wouhouuuu, il fallait être patient ce week-end pour tester les Tako Yaki au stand Atsu-Atsu ! Quel succès ! Merci pour ceux (Bruno, Daniel et Ronan) qui m’ont envoyé les photos. Et si vous avez vous aussi croisé le stand Atsu-Atsu, Kagawa, les bâches avec mes photos ou encore mon livre… n’hésitez pas à les mettre sur un serveur de download ou une galerie online et m’envoyer un mail pour que je les récupère… je ferai p’t’être un post avec une compil’ 😉

Continuer la lecture de « Cross Fooding avec MosDo, un KitKat au bon goût de Yokohama et un distributeur de caca ! »

Les distributeurs de boissons ne distribuent pas que des boissons au Japon !

Et oui, en plus de trucs gélatineux, on a aussi droit à des plats en boites !
Oden en cannette dans un distributeur de boisson au Japon
Ici on a le choix de droite à gauche entre Oden, Ramen et Pasta (des spaghettis avec lardons et champignons)… idéale pour les p’tits creux ! LOL
Faudra que j’en achète un pour voir… et aussi pour répondre à la question que je me pose : Comment on mange des plats en canette ? On les gobe ?!

Continuer la lecture de « Les distributeurs de boissons ne distribuent pas que des boissons au Japon ! »

36° le matin

Hier c’était difficile à vivre, sur Tokyo on avait l’impression d’être dans un sauna géant… les distributeurs était pris d’assaut et valait mieux se coller au façades des grands magasins (réfrigérés… avec une clim’ à 15°) pour pouvoir arriver à destination sans être totalement en sueur.
Ventilateur dans métro tokyoïte
On a du mal à imaginer aussi le métro surchauffé sans climatisation… avec juste ses vieux ventilateurs d’époques que l’on trouve toujours sur certaines lignes.

Continuer la lecture de « 36° le matin »

Fanta ふるふる シェイカー Furu Furu Shaker

Bon comme certains voulaient voir des choses étranges « Made in Japan », je vous en sort une qui est en pleine wave en ce moment… puisque sorti one month ago… ohlala, j’comme à parler comme JC Van Damme là ^^x
Fanta ふるふる シェイカー Furu Furu Shaker
Voici donc pour vous le test du Fanta ふるふる シェイカー (Furu Furu Shaker)… qui est un Fanta en gelée… non pas glacé… mais bel et bien gélifié… comme du flan… c’est pour ça qu’il faut bien secouer avant, autrement c’est pas facile à boire !
Ouais, alors autant l’aspect est étrange, autant l’ingurgitation est de même… quand au goût… ben c’est du Fanta… Donc, expérience intéressante, mais clairement fait pour un public de p’tits jeunes qui aiment boire des choses bizarres…

PS : au Japon, ils sont fans de gelés en tout genre (allez savoir pourquoi), donc on trouve d’autres boissons dans le même genre depuis longtemps, mais Coca Cola oblige, celle-ci bénéficie d’une large couverture médiatique.

Continuer la lecture de « Fanta ふるふる シェイカー Furu Furu Shaker »

Ma carte de métro à pour mascotte un pingouin au nom de pastèque…

Et oui, on reconnait bien là le Japon… tout est dans le titre ! Donc tous les jours pour me rendre au boulot, j’utilise un « téki » (carte d’abonnement mensuel -ou plus- comprenant le prix du trajet du point A au point B)… et mon téki s’appelle Suica (« pastèque » en japonais, qui a pour symbolique le fait que plein de petits gens passent facilement avec… comme les pépins de la pastèque… ouais, bref, c’est japonais comme raisonnement…), mais il aurait très bien pu s’appeler Pasmo (le concurrent -« Mo » voulant dire « aussi », c’est un « Pass » pour le métro, mais aussi le train, aussi le bus, aussi… etc… ce qui donne la contraction « Pasmo » !-, créé par les compagnies privés de transports, alors que Pastèque… euh… Suica c’est JR : Japan Rail, l’équivalent de la SNCF… mais sans les grèves 😉 )…
Suica
Donc ces cartes sont équipées d’une puce de type RFID, permettant une gestion sans contact (comme le Navigo à Paris), donc très pratique pour passer rapidement les portiques d’accès aux trains, métros et même Shinkansen… mais là où le concept est beaucoup plus aboutis, c’est que ce type de carte au Japon, sert aussi de porte monnaie électronique (vous savez le Monéo qui n’a jamais marché en France), pour acheter une boisson dans certains distributeurs automatiques, payer ses achats dans les petits Combini (Convenience Store… petites boutiques ouvertes souvent 24h/24), kiosques à journaux, voir même certaines chaines de restaurations rapide… et encore plein d’autres choses comme les casiers dans les gares ou des achats sur Internet (à condition que son ordinateur soit équipé d’un lecteur ou d’avoir le p’tit lecteur externe USB)……..
Bref, voilà un bel exemple de convergence, de plus certains téléphones intègrent le système… donc c’est votre mobile qui vous sert pour tout ! Prendre le métro, achat un sandwich… et même ouvrir la porte de sa maison, si elle est équipée du système. Bon, tout cela serait parfait si il n’y avait pas une guerre des fameuses cartes, car certes pour les transports cela se limite à Suica et Pasmo (je crois qu’il n’y en a pas d’autres)… mais pour le reste… pfuiiii chacun y va de sont influence pour tenter de s’imposer… alors, entre les cartes de sociétés de transports, de banques, de crédits, de grands groupes commerciaux, d’opérateurs téléphonique… et j’en passe… difficile de si retrouver… et on fini (comme d’hab’ au Japon), à avoir une belle collections de cartes (comme celles de fidèlités) dans son portefeuille :-/ EDIT : depuis 2013, officiellement (mais certains font de la résistance), TOUTES les cartes Suica, Icoca, Pasmo, Kitaca & co. sont maintenant compatibles entre-elles dans tout le Japon !

A part ça, il pleuvait aujourd’hui…

PS : la Suica en photo, est un carte neutre (juste avec de l’argent dedans), la mienne qui sert de Téki, à inscrit dessus : mon Nom/Prénom, ma station de départ et d’arrivée, et enfin les dates de validités… un système d’encre thermique (dont j’aimerais bien connaitre le secret) permet de réécrire les informations chaque mois sur la même carte.

Continuer la lecture de « Ma carte de métro à pour mascotte un pingouin au nom de pastèque… »