Japon Vu de l’Intérieur – le potager des Suda

Tout d’abord permettez-moi de vous dire que mon 5ème livre « Japon Vu de l’Intérieur », dont est tiré cette série d’extraits, sort mardi prochain le 27 Septembre ! Et que pour l’occasion une petite expo/vente aura lieu le samedi 1 Octobre à partir de 10h30 au 30 rue Saint Anne dans les locaux de la future boutique Vivre le Japon… Ils auront quelques livres en vente avec chacun en cadeau une photo exclusive numérotée (de 1 à 50) et signée par moi… ce jour là seulement (enfin si je me grouille à les envoyer pour qu’elles arrivent à temps 😉 ) ! Donc pour être sûr d’avoir un livre + photo spéciale, réservez dès maintenant en leur téléphonant au 01 42 60 44 95, ou par e-mail : contact(remplacez cette partie par @)vivrelejapon.com ou encore avec leur formulaire en cliquant ici ! Mettez dans le sujet « Livre Japon vu de l’intérieur ».
Ah, aussi… je serais en Live vidéo via Skype dans la boutique, donc je vous baladerai dans les rues tokyoïte et vous pourrez discuter avec moi de vive voix !
Repas dans la maison traditionnelle japonaise des Suda à Ibaraki
J’en profite aussi pour rappeler qu’il y a la page Facebook du livre (cliquez ici) où j’indiquerai les prochains lieux de l’exposition qui devrait tourner en France et dans les pays voisins… Mais parlons maintenant de la rencontre avec les Suda…
Eiichi… ou « Boss » comme tout le monde l’appelle… est un artisan qui a su se construire lui même ainsi que son entreprise familial. Ce ne fût pas facile de partir de rien, il m’avoua même, plein de honte, que les galères avaient poussé sa femme à trouver un petit travail pour pouvoir faire vivre le foyer. Mais après de nombreuses années au fond du gouffre à se poser beaucoup de questions sur ses choix, une lueur est apparu et sa petite affaire s’est mise à marcher pour devenir une vrai entreprise familiale solide. Mais tout ceci avait nécessité de nombreux sacrifices familiaux… ainsi cet homme au sourire discret chercha un lieu ou la famille pourrait se couper de tout, et n’être là que pour partager un moment purement familiale.
C’est au bout d’un chemin longeant les rizières que Eiichi trouvera son paradis sur terre, une vieille maison pleine d’histoire l’attendait là, réclamant juste quelques petits travaux et les rires d’amis mêlés à ceux d’enfants pour reprendre vie. Eiichi en vient même à entendre dans la forêt de bambou de l’autre côté de la rizière les murmures des esprits…
Alors que Kimie sa femme et Masayo sa fille s’activent dans la cuisine pour préparer un bon repas avec les produits des fermes avoisinantes, lui et son beau-fils Colum (canadien-irlandais) préparent le feu dans l‘irori qui est en fait un hori-gotatsu transformé (si ces termes ne vous disent rien, vous trouverez les réponses dans le livre 😉 ). Une fois tout prêt la famille se regroupe et discute, n’ayant ni télé, ni radio et encore moins de réseau téléphonique 3G pour perturber cet instant.

PS : comme d’habitude pour cette série « Japon Vu de l’Intérieur », les photos ici ne sont pas dans le livre… dans lequel vous en trouverez d’autres vachement mieux 😉
PS2 : la région ayant été touché après le 11 Mars par la radioactivité (faible, mais le doute plane sur certains aliments comme les champignons) dégagée de Fukushima Daiichi, je me demande si ce petit paradis d’Eiichi n’a pas pris un petit goût amer aujourd’hui… entaché comme bien d’autres par des industriels peu scrupuleux…
Déjà que dans le premier et le dernier livre il y avait des photos de Matsushima (touché par le tsunami)… j’ai de plus en plus l’impression d’écrire des livres d’histoire témoignant d’un Japon d’une autre époque… On savait que le Japon change vite… Mais peut être un peu trop ces derniers temps…

Continuer la lecture de « Japon Vu de l’Intérieur – le potager des Suda »

Quand les Aïnus de Tokyo appellent au respect des traditions et de la nature

Depuis le temps que je vous en parlais, j’ai enfin eu l’occasion de prendre en photos ces très discrets Aïnus (ou Aïnous) qui peuplent le Japon. On les reconnaît principalement comme originaires de Hokkaido (avec leur barbe et tenues simples -proche des couleurs de la nature du Nord de l’archipel-), mais depuis longtemps beaucoup d’entre-eux se sont installés un peu partout au Japon… jusqu’à Okinawa ! Bien sûr au fil du temps et de leur lieu de résidence leurs coutumes/habits ont changés, mais ils ont toujours cette transmission de leur culture par la danse et la musique. Ainsi l’on pouvait assister à la 13ème édition du festival des peuples indigènes du Japon à Anakano (dans la proche banlieue Ouest de Tokyo).
Danse d'une jeune femme Aïnu de Hokkaido - Ehara Utae
Le peuple Aïnu, reconnu en tant que tel depuis pas si longtemps par le gouvernement japonais, est très certainement un de ceux qui a gardé le plus proche rapport avec la nature. Respectant la terre nourricière et les êtres qui la peuplent, ils restent en contemplation de sa beauté et transmettent, de génération en génération, dans un monde toujours plus moderne et éloigné de sa source, l’amour de cette dernière à travers danses et chants.
La danse de l’oiseau (image illustrant ce post) rythmée par des chants chamaniques mélangeant culture indigène et japonaise (cela ressemblait à des chants d’indiens d’Amérique), fut la chose la plus émouvante qui m’ait été donnée de voir depuis fort longtemps. Puis vint la danse de la chasse, dans laquelle un charmant chasseur Aïnu (qui ne devrait pas laisser indifférentes les lectrices de ce blog !… Non, ne me remerciez pas, c’est normal, je vous dois bien ça 😉 ), demandait aux dieux de la nature le droit de tuer une de leurs créatures, et finissait par les remercier de l’avoir laisser faire… nous rappelant que la nature nous fait chaque jour une grâce et que ce n’est point un dû !
Et si vous trouvez qu’il y a beaucoup de similitudes entre ce peuple et celui que l’on voit dans l’animation de Hayao Miyazaki du studio Ghibli : Prince Mononoke (Mononoke Hime), ce n’est pas vraiment un hasard car il s’en est beaucoup inspiré !

PS : j’en profite pour faire un teasing du prochain livre dont je signe les photos (les textes sont de Catherine Lemaitre), puisque celle qui illustre le post (Ehara Utae qui est artisan à Hokkaido) est aussi en illustration de l’encadré sur les Aïnus !
Pour ceux que ça intéresse, il sortira début 2011 ! Oui, ça sera trop tard pour Noël, mais que cela ne vous empêche pas de mettre sous le sapin un autre de mes livres comme JAPON, Traditionnel Japon, Japon : 365 Us et Coutumes…. ou encore le calendrier perpétuel Japon en 365 Jours qui reprend mon travail sur le 2ème livre… et dont je n’avais pas parlé… mais que certains d’entre-vous avaient fini par dénicher 😉

Continuer la lecture de « Quand les Aïnus de Tokyo appellent au respect des traditions et de la nature »

Vernissage Mad in France à l’Institut de Tokyo et Temple en nocturne

Jeudi dernier j’étais chaleureusement convié au vernissage de l’exposition Mad in France à l’Institut de Tokyo (voir ici). 12 photographes du collectif Tendance Floue y exposent dans les locaux jusqu’au 11 Juillet.
Bon, comme je le disais sur mon Twitter, je ne suis pas à l’aise pour ce genre de soirée chez l’ambassadeur… enfin, après avoir fait mon petit reportage photo, j’ai quand même goûté (parc’que Kapoué m’en aurait voulu si je ne l’avais pas fait) aux macarons (produits de luxe au Japon)… concernant l’expo, c’est à voir ! Exposer 12 personnes dans un si petit espace est loin d’être évident, et l’agencement est plutôt agréable visuellement !
Ichigaya Kamegaoka Hachimangu
Après, j’en ai profité pour faire un détour au sanctuaire d’à côté (Ichigaya Kamegaoka Hachimangu), car j’adore ce genre de lieu la nuit ! S’en dégage toujours une sensation mystique soutenue par la lumière tamisée des lampions.

PS : là je relis mes textes du 3ème livre, et j’enchainerai sur le shooting du 4ème (dont je ne serai que le photographe, mais ça me plait bien ainsi), en attendant le 5ème qui démarrera en Septembre normalement et dont je signerai textes et photos ! Parallèlement à ça j’ai terminé la construction d’un autre projet online qui n’attend plus que du contenu bien frais pour un lancement officiel, je prévois de fermer PhotosduJapon.com pour le migrer sur une plateforme de vente plus adaptée (car là c’est un peu trop usine à gaz, et cela semble en décourager plus d’un), je suis en train de préparer un truc online de fou sur Tokyo, j’ai des projets vidéos (et des rush à gogo) plein les poches et les Tokyo Safari repartent en juillet de plus belle (espérons que la saison des pluies ne soit pas de la partie, car les derniers au soleil étaient tiptop !)… Ouf ! J’suis pas couché moi ! ^^x

Continuer la lecture de « Vernissage Mad in France à l’Institut de Tokyo et Temple en nocturne »

CAVOK Architects – mélange entre moderne et traditionnel

Ryosuke san est un jeune et habille architecte, sachant mêler modernisme et traditionnel, ces créations regorgent de petites subtilités pratiques et typiquement japonaises.
Je vous avais déjà présenté son travail avec la Guest House dans laquelle j’avais séjourné à Takamatsu en Avril dernier, j’en ai profité pour découvrir son chez lui (dont il a biensûr signé l’architecture) lors du Shikoku Muchujin.
CAVOK Architects Japan
Je remercie chaleureusement sa petite famille pour l’excellent accueil ! C’est dommage que le soir soit arrivé si vite, ce qui ne m’a pas permis de faire beaucoup de photos… surtout des petits détails qui valaient le coup comme le séchoir pour le linge caché dans le plafond, ou les panneaux de papier de riz disparaissant dans le mur pour profiter pleinement de la vue.
Si vous êtes à la recherche d’un architecte japonais passionné du bois, n’hésitez pas à le contacter de ma part via son site Internet : http://homepage2.nifty.com/CAVOK/index.html
Vous pouvez aussi aller faire un tour sur son blog : http://cavok.air-nifty.com/cavok/

Continuer la lecture de « CAVOK Architects – mélange entre moderne et traditionnel »

Petit passage à Asakusa

Jeudi, je profitais de la journée de libre pour aller rendre visite à la famille Sakai, nos graveurs d’enseignes préférés 😉
C’était l’occasion pour faire quelques photos souvenirs à Asakusa avec la petite, avant de s’aventurer vers Kappabashi.
Collégiens se prenant en photo devant le grand lampion de Sensoji
Bon, Asakusa je ne vous le présente plus, c’est sûrement un des quartier dont j’ai le plus parlé ici… 😉
Sachez juste que du 16 au 20, Tomoo et d’autres artisans présenteront leurs savoir-faire à côté du célèbre temple Sensoji… donc si vous l’avez raté à Paris, vous avez droit à une séance de rattrapage à Tokyo !

PS : il tient à remercier tous ceux qui sont venus lui rendre visite à son stand à Paris, et était impressionné par le nombre d’entre-vous qui parlez bien japonais… contrairement à moi :-p
Il a adoré la France… et les français(es) ! Merci à vous 😉

Continuer la lecture de « Petit passage à Asakusa »

Découvrez l’art de la gravure d’enseigne avec la famille Sakai de Tokyo

Chez les Sakai, la sculpture des panneaux de bois (ou gravure d’enseigne) est une histoire de famille ! Reconnus pour leur savoir-faire artisanal, ils signent ceux des grands tournois de Sumotoris, temples célèbres et autres enseignes de prestiges.
Tomoo Sakai artisan graveur d'enseigne en bois à Tokyo
Le fils (Tomoo Sakai) est quelqu’un d’adorable et passionné, alors si vous ne pouvez pas passer à leur boutique dans le quartier de Kappa Bashi en plein coeur de Tokyo, ne manquez pas l’occasion de le voir à l’oeuvre à Paris le 11 Octobre (Samedi prochain) au salon dédié à Tokyo (voir infos ci-dessous), et n’hésitez pas de lui dire que vous venez de ma part 😉

Promotion de la Ville de Tokyo
Samedi 11 Octobre 2008
Entrée Gratuite
Palais des Congrès de Paris
Hall C/D, Salle Passy
10h – 20h
Site : www.tcp2008.com

Continuer la lecture de « Découvrez l’art de la gravure d’enseigne avec la famille Sakai de Tokyo »

Le potier japonais ne craint pas la crise !

Me voilà de retour… pfuiiii, ayé j’ai terminé le gros du boulot ! On va voir pour la suite, principalement dédié à la photo… d’ailleurs jeudi j’étais dans la montagne à ce sujet (et non pas pour une voiture contrairement à mes habitudes 😉 ), pour photographier un potier en action (petit clin d’oeil à la potière qui suit régulièrement ce blog) !
Direction était donc donné pour Shibusawa où je devais retrouver Kenichi san, jeune potier arrivé dans la profession par le miracle des rencontres, après un détour dans les meilleures écoles théâtrales de Chine (ou il a d’ailleurs croisé Zhang Ziyi pas encore célèbre à cette époque). Et qui me confiait à ma grande surprise que son corps de métier ne craint pas la crise au Japon… les japonais restant attachés au fait main locale.
Jeune Potier japonais
Au bout de la route, au bord d’une forêt sauvage (il y a des ours qui passent dans le coin), Kenichi san à repris la cabane d’un tailleur de pierre pour y faire son atelier. Au calme, loin de tout confort moderne, il y puise l’inspiration pour ses œuvres (qu’il dédie principalement au café en ce moment -avec toute une série de cafetières-), allant de la petite figurine animal (qui parait-il se vend comme des petits pains) au vase traditionnel.
Si son travail vous intéresse (par exemple les cafetières que l’on voit sur les photos vont de 6000 à 11000 Yens, soit de 36 à 66 Euros), et que vous voulez plus d’infos, n’hésitez pas à me contacter… je vous répondrais… dès que j’ai le temps ^^x

Continuer la lecture de « Le potier japonais ne craint pas la crise ! »

Tatami Master ! L’artisanat japonais

Non, je ne vais pas vous présenter le nouveau film de JC Van-Damme, mais vous parler d’artisanat… et comme partout dans nos sociétés modernes, artisan rîme avec « en voie d’extinction ». Ils sont en effet peu à se présenter à M. Miyata pour apprendre et prendre la relève… à son grand regret.
Artisan de tatami japonais
D’une extrême gentillesse, ce vieil homme aux mains forgées par son métier, m’a accueilli spontanément dans sa minuscule boutique de tatamis. Ca faisait depuis longtemps que je rêvais de prendre des artisans japonais à l’oeuvre, le livre dédié au Japon sur lequel je travaille accélère les choses et me pousse à être plus actif… on va pas s’en plaindre 😉
M. Miyata avait commencé sa carrière dans une petite boutique en plein coeur de Tokyo… mais la course au modernisme et un urbanisme déshumanisé (en fait un tracé d’autoroute passant sur sa maison), l’ont poussé à partir en banlieue de Yokohama. Plus près de la campagne et des maisons traditionnelles son activité n’a jamais connu la crise, et ses tatamis faits main n’ont de cesse de trouver nouveaux acquéreurs dans sa boutique.

Je tiens vraiment à remercier M. Miyata (mais aussi sa femme) pour son accueil, sa gentillesse, ses nombreuses histoires et les cadeaux qu’il a fait pour la petite… on a à peine réussi à lui offrir quelques gâteaux en insistant… c’est lui qui nous remerciait d’être venus ! Un grand père comme on les aime 😉

PS : pour ceux que cela intéresse, j’avais fait une série sur l’artisanat à Paris www.artisanatparis.com

Continuer la lecture de « Tatami Master ! L’artisanat japonais »

Je fais aussi de la photo de produits

Et oui, je ne me cantonne pas seulement aux voitures, conférences de presse et autres évènements dans mon travail, je fais aussi beaucoup de photos de produits pour des review sur ces derniers, voir même des publicités… et en cela, je peux en profiter pour sortir de l’environnement proche de là où l’on travail et même faire des séances dans des lieux plus réservés tels un Ryokan comme aujourd’hui.
Séance photos produits dans un Ryokan de Tokyo
Si vous suivez ce blog depuis le début, vous aurez de suite reconnu mon p’tit Ryokan fétiche à Tokyo… le Sadachiyo ! Auquel nous avons demandé l’autorisation de faire des photos (me connaissant bien, ce fût sans grand mal)… donc j’avais une heure pour faire connaissance avec la chambre mise à disposition, et faire mes photos de claviers artisanaux, ainsi que des vidéos (qu’il faut que je dérush et monte tout seul comme un grand après ça).
Si ces claviers vous intéressent (ils ont une base standard -vous pouvez demander un clavier français-, puis sont décorés à la main par un artisan japonais), vous trouverez des infos ici et vous pouvez les acheter sur GeekStuff4U. Les prix sont sommes toutes corrects, quand on voit la qualité de finition qui est proposé, et croyez moi qu’il va bientôt falloir faire la queue pour en avoir un, tant les magazines d’intérieurs (!) et autres émissions de télé en font un buzz dessus en ce moment au Japon. Plus qu’un clavier, c’est un objet d’art !

Continuer la lecture de « Je fais aussi de la photo de produits »

Kanazawa Loop Bus Tour – Higashijaya gaï

On commence une nouvelle série… et pour ça on quitte Tokyo la tumultueuse pour Kanazawa la calme, sur la côte opposé du Japon (du côté de la mer du Japon à l’Ouest)… étant donné que c’était notre première fois dans cette ville, on s’est donc laissé guider par le Loop Bus qui fait une grande boucle dans la ville, desservant les principaux lieux touristiques.
Higashijaya gaï à Kanazawa - Japon
Premier arrêt : Higashijaya gaï, petit quartier qui se résume à une rue principale bordée de salons de thé dans de vieilles maisons authentiques, boutiques souvent très connue comme celle qui vend des cakes en or (oui oui, en fait c’est un cake avec une feuille d’or autour qui se mange) et artisans (cf. le vendeur de baquettes tout au bout de la rue… vous y trouverez des baquettes en tout genre comme celles « crayons de couleurs » qui ont fait le plaisir de Chris 😉 ).
Bonne visite !

Continuer la lecture de « Kanazawa Loop Bus Tour – Higashijaya gaï »