Horohiki, les chevaux de l’empereur et les Koïnobori

Le 23 Septembre dernier j’étais allé en famille à une journée dédiée au cheval au Club Keiba (célèbre centre équestre) à Setagaya. J’avais raté la démonstration de Yabusame le matin (je suis vraiment maudit avec cette tradition de tir à l’arc à cheval), et n’étais pas vraiment excité par les défilés qui suivaient… Jusqu’à ce que deux cavalier en habit de samouraï arrivent avec un intriguant drapeau tenue en boule contre eux…
Horohike - cheval et koinobori
Ils tournèrent ainsi longtemps… c’était long… mais je compris qu’ils étaient entrain de prendre de la vitesse et habituer le cheval au terrain, une fois les choses vraiment lancées, là le spectacle pouvait commencer ! Le cheval au galop offrait assez de vitesse pour que l’air s’engouffre dans ce qui ressemblait à un Koïnobori géant ! Quand les montures se croisaient, c’était assez impressionnant… malheureusement je n’avais pas un super zoom pour immortaliser ça…
On dit que le Horohiki date de l’ère Heian, il était utilisé pour protéger des flèches ennemis sur les champs de bataille. Aujourd’hui l’Horohike est une démonstration traditionnelle exécutée par 2 cavaliers en habit d’époque assis sur des selles de l’ère Yamato, et faisant flotter au vent ce « fanion » tubulaire de 10 mètres de long.
Ensuite, le Hanauma matsuri (« festival de fleurs à cheval ») que l’on aurait pu penser plus calme, est devenu rapidement violent quand à la fin certains partaient les bras plein de bâtons décorés porte-bonheurs sans en partager avec ceux qui n’en avaient pas eu… autant dire qu’un tel égoïsme ne leur portera certainement pas chance… :-/

Continuer la lecture de « Horohiki, les chevaux de l’empereur et les Koïnobori »

Fuji san avec Shinjuku… et une tortue…

Difficile de rester chez soit et de répondre aux mails en ce moment ! Même si il n’y a plus beaucoup de Tokyo Safari en cette fin d’année, le ciel bleu limpide m’attire et je sorts faire des bouts de parcours pour trouver des nouveautés, histoire de renouveler constamment l’offre et m’éviter de tomber dans la routine.
Fujiyama Fuji san Shinjuku
Je peux vous dire que mon nouveau p’tit spot photo pour shooter le Fuji san est tiptop ! Par contre ça sera réservé à ceux qui ont des gros zoom… humhum… Oui, parc’que la vue comme vous l’avez dans la galerie, du mont Fuji au milieu des buildings de Shinjuku, ça a quand même été fait avec mon 70-200mm (à 200mm) Canon monté sur le NEX5 (capteur APS-C avec un facteur x1.5)… équivalent du coup à un 300mm ! Mais pour ceux qui se contenteront du plaisir des yeux, ça reste une vue bien sympa… à réserve toutefois d’avoir les conditions météos qui vont bien (autant dire plutôt l’hiver pour avoir un horizon aussi lointain… le Fuji est à 100Km de Tokyo). En même temps on pourra se rattraper de l’autre côté avec la Tokyo Sky Tree ! 😉
Donc après ce spot hivernale j’étais à la recherche d’un nouveau pour le printemps… et comme je traverse dès fois l’université de Waseda, le canal bordé de cerisiers d’à côté semble tout désigné pour admirer leur fleuraison (faudrait que je fasse un top 5 ou 10 des meilleurs spots photo Sakura de Tokyo !)… et avec un peu de chance on pourra croiser ce japonais qui balade régulièrement sa tortue de 17ans dans le coin 😉

Bref, mieux vaut que vous commenciez à réserver dès maintenant votre Tokyo Safari de printemps si vous voulez encore avoir de la place ! C’est ici que ça se passe : www.tokyosafari.com

PS : je travailles actuellement à un élargissement du Tokyo Safari sur d’autres villes du Japon… Restez connectés ! 😉

Continuer la lecture de « Fuji san avec Shinjuku… et une tortue… »

Yokohama au fisheye

Avant de me rendre au Tohoku pour le reportage sur le tsunami 9 mois après, j’étais passé au Yodobashi (Darty local) de Yokohama pour acheter le kit fisheye Sony qui s’ajoute sur le 16mm 2.8 du NEX5.
Yokohama Safari
J’en ai profité pour visiter une partie de la ville que je ne connais pas trop en longeant le canal qui passe derrière la station (il faut savoir que la première fois que j’ai visité Yokohama il y a presque 10 ans, je m’étais limité aux alentours de la gare de Yokohama et j’avais trouvé la ville pas terrible… normal… puisque effectivement il n’y a « rien » de ce côté et qu’il faut en réalité aller vers la baie pour voir la « vraie » ville !) et revenir ensuite sur Minato Mirai21.
J’ai repéré du coup plein de coins sympathiques avec des cerisiers qui bordent le canal (et un pont avec un train rouge) et qui offriront un superbe spectacle au printemps !
En revenant sur Minato Mirai21 j’ai revu le passage sous les voies qui était un lieu d’expression toléré pour les taggeurs (ou plutôt artistes peintre)… Aujourd’hui il n’en est plus rien… et un revêtement gris recouvre les œuvres……… Pour avoir une idée de ce que c’était avant : Le paradis des taggeurs
J’ai ensuite fait le tour en passant du côté du Nippon Maru (le voilier musé), puis profité du fisheye pour faire des photos au pied du Landmark et ensuite filé direction de Yokohama Station en traversant le tout beau, tout nouveau HQ de Nissan et son showroom ouvert au public (faut que j’essaie un jour le petit café aussi…).

Bon, le fisheye c’est sympa, mais il faut clairement pas trop en abuser ! Par contre, là où il m’a bien surpris c’est lorsque l’on fait des panoramiques (voir le post précédent), car ouvrant la voie à des 180° nickel (ce que je n’imaginais pas avec la déformation) !
PS : vous pouvez voir une même vue prise avec le fisheye et sans (juste au 16mm)… photo n°12 et 13 😉

Continuer la lecture de « Yokohama au fisheye »

Sendai, Minamisanriku et Kesennuma 9 mois après le tsunami du 11 Mars !

Ceux qui me suivent sur Twitter (@lejapon) ont pu lire et voir que vendredi je quittais Tokyo avec une équipe de M6 Turbo (Cyril et Yann que je salue) pour les guider 2 jours en tant que fixeur du côté de Sendai et principalement là où le tsunami a frappé.
Comme on n’y allait pas pour faire du tourisme de catastrophe, j’ai donc demandé à mes contacts de me mettre en relation avec des habitants ayant vécu le séisme et le tsunami pour témoigner devant la caméra… Étonnamment ils étaient enthousiastes à l’idée que l’on vienne les voir. Il faut dire qu’après l’énorme élan de solidarité du début de la catastrophe on a eu un peu tendance à les oublier et ne plus parler que de Fukushima…
Minamisanriku 9 mois après le tsunami
Notre premier jour de reportage a commencé à Sendai, qui avec ses 1 million d’habitants est loin d’être un village de campagne. Toute la partie portuaire et la banlieue côtière ont été touchés par le tsunami (on a tous vu la vague arriver sur son aéroport et traverser les champs ou encore l’impressionnante vidéo vue de l’intérieur d’une voiture emportée par les eaux). Le gros défaut de la ville et des environs est d’avoir un paysage non accidenté, la vague de ce fait a progressé dans les terres jusqu’à 5 kilomètres, n’épargnant pas les malheureux qui n’avaient pas eu le réflexe d’évacuer lorsque l’alerte au tsunami fut diffusée.
Nous nous sommes concentré sur la zone portuaire où plusieurs milliers de véhicules ont été emportés par le tsunami (rien que Nissan a vu 2300 de ses voitures stockées pour l’export en direction des USA se faire engloutir). Sur cette zone là on sent que des efforts considérables ont été entrepris pour tout reconstruire. Routes, voies de chemin de fer et lignes à haute tension ont leur peinture toute fraîche et il ne reste plus beaucoup de carcasses de voitures.
On décide de rejoindre la côte en direction de Kesennuma où nous irons rencontrer le lendemain des habitants pour les interviewer… En traversant la campagne paisible on se dit que finalement rien ne semble s’être produit par ici… le choc fut d’autant plus grand, qu’une fois passé quelques collines, le changement fut radical et violent, on entrait sur une zone de guerre dont les pelleteuses et camions benne cherchaient en vain à effacer les stigmates ! La côte est dévastée avec des ponts détruits et des voies de chemin de fer entremêlées comme du simple barbelé…
La première ville Minamisanriku (17 000 habitants dont 10 000 ont été portés disparus après le tsunami) où nous nous arrêtons n’existe plus ! Tout a été détruit comme soufflé par une bombe nucléaire… Il est difficile d’imaginer comment de l’eau a pu tout brouiller sur son passage tel le mur anti-tsunami de deux mètres d’épaisseur, et autres bâtiments en béton armé, éventrés jusqu’au 4ème étage (il y a encore un bateau sur le toit de l’hôpital et une voiture sur un autre bâtiment) ! Il ne reste plus rien des maisons japonaises à part ces collines de débris qui parsèment l’horizon… Le simple fait d’imaginer l’apocalypse qui a eu lieu ici nous laisse abasourdi.

De retour à Sendai sous la pluie le soir on est allés se réchauffer dans un minuscule izakaya avant d’aller dormir et repartir de très bonne heure le lendemain. Arrivé à Kesennuma nous avons été rejoints à la gare par Ando-san un pêcheur qui a son entreprise sur le port. Ce qui est toujours surprenant c’est la transition violente entre la partie de la ville où tout est comme avant et la zone touchée par le tsunami. Plus on descend vers le port, plus on voit de policiers faisant la circulation… les feux ne fonctionnent plus et le rez-de-chaussée des bâtiments est endommagé… De nouveau on découvre une zone dévastée… Ando-san nous raconte son histoire (que vous pourrez voir dans l’émission de M6 Turbo ce week-end), la présence d’esprit qu’il a eue juste après la secousse (de dire à ses employés de rentrer chez eux, et mettre en hauteur ses véhicules), les rebondissements pendant les 40 minutes qui se sont écoulées avant l’arrivée de la première vague, et cette sensation d’une mort inéluctable tant l’eau ne semblait ne jamais cesser de monter ! Vous pouvez voir les vidéos de la ville en tapant simplement « Kesennuma » dans YouTube (je vous mets un lien ici qui montre le port).
Ce n’était pas le premier tsunami que Ando-san vivait depuis qu’il a son entreprise dans le port de Kesennuma… Mais personne ne pouvait imaginer la hauteur de ce dernier tellement cela semblait surréaliste, comme si le pays tout entier coulait !
On a ensuite interviewé Oikawa-san le pompiste (j’ai oublié de faire son portrait) qui a vu défiler ses voitures sous la passerelle piétonne où il avait comme d’autres trouvé refuge (pendant 6 heures).

Durant l’interview Ando-san nous avait emmenés voir un énorme bateau échoué sur ce qui reste des fondations de maisons… Ce dernier a dérivé sur la route pendant près de 2 kilomètres avant de s’immobiliser là… On parle d’en faire un mémorial… mais rien n’est plus sûr ici, toutes ébauches de projets étant gelées… il n’y a plus d’argent… On voit tout à coup arriver 2 minibus de touristes qui viennent faire des photos de la catastrophe… cela peut paraitre choquant, mais pas pour les gens de Kesennuma. C’est pour ainsi dire une activité un peu malsaine mais utile à la survie de ceux qui n’ont plus rien, ça fait venir du monde et évite que la ville ne meurt définitivement comme d’autres. A la gare vous pourrez même acheter un livre souvenir réalisé par les habitants avec plein de photos du jour du tsunami et le travail des secouristes………

Tous nous ont remerciés d’être venus. Ils souhaitent au travers du reportage montrer au monde comment le peuple japonais est solidaire et capable de se redresser toujours et encore !

EDIT du 10 Mars 2011 : dans la suite du post j’ai ajouté la vidéo de M6 (en fin de galerie) et les témoignages complets des 2 personnes interviewées…

Continuer la lecture de « Sendai, Minamisanriku et Kesennuma 9 mois après le tsunami du 11 Mars ! »

Tokyo Safari mashup Tokyo/Yokohama

En Septembre dernier j’ai testé avec 2 safaristes un mashup Tokyo/Yokohama Safari ! On a donc commencé par mon petit tour à vélo dans Tokyo que je maitrise du bout des rayons pour enchainer sur Yokohama en bateau et à pieds !
Yokohama Safari
Comme l’un d’eux n’était pas à son premier Tokyo Safari, il voulait tenter un nouveau (car on en avait déjà fait un) resto dans le coin de Tsukiji… et une fois de plus j’ai trouvé le shirashi très moyen… c’est vraiment pour les touristes les sushi bars & co. autour du marché aux poissons. Mais si vous avez une bonne adresse, je suis preneur, mais 6 essais ayant été très moyens……
Le p’tit tour à vélo passe sur le dernier spot photo que j’affectionne sur Tokyo : TOPIX… pour enchainer direct avec un train express qui nous propulse en 25 minutes à Yokohama ! Là, pour donner une petite vision d’ensemble, on a fait le tour de la baie en bateau… romantique n’est-ce pas :-p
Bon après l’incontournable chinatown nous attendait (je me suis bien amusé à faire des panoramiques de travers… j’en suis assez fier 😉 ), on a mangé dans mon bouiboui puis on a fait le grand tour en passant par THE « Labu Labu » (« Love Love » cf. Manabé Shima de l’ami Florent Chavouet) de Yokohama pour finir sur Minato Mirai 21… Ils auraient bien fait un tour au parc d’attraction, mais un rendez-vous « galant et éthylique » les attendait à Tokyo le soir 😉

PS : photo 33, c’est un super panoramique de 180° sur Tokyo vu du Rainbow Bridge !
rePS : ne manquez pas à partir d’aujourd’hui jusqu’à la fin du mois l’exposition des 20 finalistes du concours photo à la boutique Vivre Le Japon !

Continuer la lecture de « Tokyo Safari mashup Tokyo/Yokohama »