Expo Japon Vu de l’Intérieur J-1 !

Et oui, ça y est c’est demain le grand jour ! Ce samedi à partir de 10h30 commence la petite expo dédiée à mon dernier livre « Japon Vu de l’Intérieur » et pour l’occasion les 50 livres en vente (au prix normal de 25 Euros) seront accompagnés d’une photo unique à chaque fois (qui n’est pas dans le livre), signée et numérotée (de 1 à 50).
Et pour couronner le tout vous pourrez vous balader dans Tokyo et discuter avec moi en direct via Skype ! Enfin si le problème de son est réglé d’ici demain, car on ne comprend pas pourquoi sur le mac mini qui fait tourner Skype, on a du son mais on entend pas l’interlocuteur Skype (moi en l’occurrence)… bizarre… :-/
Affiche exposition Japon Vu de l'Intérieur
Rendez-vous donc demain, samedi 1er Octobre, à partir de 10h30 (jusqu’à 13h00 pour la cession Skype… avec des pauses pour recharger les batteries) à la nouvelle boutique Vivre Le Japon au 30 rue Sainte Anne à Paris (métro Pyramide) !
En plus comme c’est dans le quartier japonais, vous pourrez aller manger dans un des nombreux restaurants nippon du coin. 😉

PS : Merci à l’équipe de Vivre le Japon (principalement Pénélope et Thierry) pour l’accueil et l’installation de l’exposition !

Continuer la lecture de « Expo Japon Vu de l’Intérieur J-1 ! »

Aburi-Mochi au sanctuaire Imamiya

En faisant le tri (en vue de l’exposition de samedi prochain) des photos prises pour le livre « Japon Vu de l’Intérieur », j’ai déterré certains « off » que j’avais complètement oubliés de poster ici. Lors de mon séjour à Kyoto pour aller photographier la maison des Morita, j’étais parti après la séance me balader aux alentours… et je vous avais parlé dans l’article des fameux Aburi-Mochi que l’on peut acheter au sanctuaire Imamiya à quelques pas de leur maison……..
Aburi-Mochi au sanctuaire Imamiya
Les Aburi-Mochi que l’on ne trouve quasiment qu’ici font la réputation du sanctuaire Imamiya, et avant de franchir la grande porte d’entrée on a droit sur l’allée à deux petits salons de thé se faisant face et proposant ce met. Les vieilles dames tenant boutique grillent sur des charbons des petites boules de riz pilé (Mochi) individuellement piquées sur des brochettes… saupoudrées de farine de soja sucrée (Kinako), les Aburi-Mochi sont servis avec une sauce au miso blanc sucré (ça fait un peu mélange sucré/salé). Un régal !!! LOL
Passé cet instant dégustation j’avais fait le tour du sanctuaire et essayé d’aller au temple Kamigamo pour refaire les photos des 2 tas de sable que j’avais photographiés il y a 8 ans… Arf, c’était sans compter sur la fermeture précoce des temples à Kyoto (16h30 c’est souvent fini…)… bon, j’ai du coup marché le long de la Kamogawa jusqu’à mon capsule hôtel du soir (souvenez-vous de mon reportage sur le Nine Hours)… c’est fou comment les distances sont trompeuses à Kyoto…

Le lendemain matin je décidais de faire un petit tour du côté de Gion et retrouver le sanctuaire Yasui Konpira-gu et sa méduse à voeux ! Malheureusement elle était moins « garnie » qu’avant et la photo ne donnait pas mieux (mis à part que je suis passé d’un APN Sony P5 à 3Mpx à un reflex Canon 5D à 13Mpx)… et que j’ai pas raté la mise au point cette fois… 😉

PS : il reste encore une trentaine de livres « Japon Vu de l’Intérieur » avec une photo exclusive (non retenue pour le livre) signée/numérotée offerte en plus, à réserver de toute urgence chez Vivre le Japon (01 42 60 44 95) ! Et je tiens à préciser que les photos offertes sont toutes différentes ! Et certains auront même droit à mes célèbres ratures de dédicace… ayant par moment écrit ma date d’anniversaire au lieu du jour actuel……. ^^x

Continuer la lecture de « Aburi-Mochi au sanctuaire Imamiya »

Japon Vu de l’Intérieur – le potager des Suda

Tout d’abord permettez-moi de vous dire que mon 5ème livre « Japon Vu de l’Intérieur », dont est tiré cette série d’extraits, sort mardi prochain le 27 Septembre ! Et que pour l’occasion une petite expo/vente aura lieu le samedi 1 Octobre à partir de 10h30 au 30 rue Saint Anne dans les locaux de la future boutique Vivre le Japon… Ils auront quelques livres en vente avec chacun en cadeau une photo exclusive numérotée (de 1 à 50) et signée par moi… ce jour là seulement (enfin si je me grouille à les envoyer pour qu’elles arrivent à temps 😉 ) ! Donc pour être sûr d’avoir un livre + photo spéciale, réservez dès maintenant en leur téléphonant au 01 42 60 44 95, ou par e-mail : contact(remplacez cette partie par @)vivrelejapon.com ou encore avec leur formulaire en cliquant ici ! Mettez dans le sujet « Livre Japon vu de l’intérieur ».
Ah, aussi… je serais en Live vidéo via Skype dans la boutique, donc je vous baladerai dans les rues tokyoïte et vous pourrez discuter avec moi de vive voix !
Repas dans la maison traditionnelle japonaise des Suda à Ibaraki
J’en profite aussi pour rappeler qu’il y a la page Facebook du livre (cliquez ici) où j’indiquerai les prochains lieux de l’exposition qui devrait tourner en France et dans les pays voisins… Mais parlons maintenant de la rencontre avec les Suda…
Eiichi… ou « Boss » comme tout le monde l’appelle… est un artisan qui a su se construire lui même ainsi que son entreprise familial. Ce ne fût pas facile de partir de rien, il m’avoua même, plein de honte, que les galères avaient poussé sa femme à trouver un petit travail pour pouvoir faire vivre le foyer. Mais après de nombreuses années au fond du gouffre à se poser beaucoup de questions sur ses choix, une lueur est apparu et sa petite affaire s’est mise à marcher pour devenir une vrai entreprise familiale solide. Mais tout ceci avait nécessité de nombreux sacrifices familiaux… ainsi cet homme au sourire discret chercha un lieu ou la famille pourrait se couper de tout, et n’être là que pour partager un moment purement familiale.
C’est au bout d’un chemin longeant les rizières que Eiichi trouvera son paradis sur terre, une vieille maison pleine d’histoire l’attendait là, réclamant juste quelques petits travaux et les rires d’amis mêlés à ceux d’enfants pour reprendre vie. Eiichi en vient même à entendre dans la forêt de bambou de l’autre côté de la rizière les murmures des esprits…
Alors que Kimie sa femme et Masayo sa fille s’activent dans la cuisine pour préparer un bon repas avec les produits des fermes avoisinantes, lui et son beau-fils Colum (canadien-irlandais) préparent le feu dans l‘irori qui est en fait un hori-gotatsu transformé (si ces termes ne vous disent rien, vous trouverez les réponses dans le livre 😉 ). Une fois tout prêt la famille se regroupe et discute, n’ayant ni télé, ni radio et encore moins de réseau téléphonique 3G pour perturber cet instant.

PS : comme d’habitude pour cette série « Japon Vu de l’Intérieur », les photos ici ne sont pas dans le livre… dans lequel vous en trouverez d’autres vachement mieux 😉
PS2 : la région ayant été touché après le 11 Mars par la radioactivité (faible, mais le doute plane sur certains aliments comme les champignons) dégagée de Fukushima Daiichi, je me demande si ce petit paradis d’Eiichi n’a pas pris un petit goût amer aujourd’hui… entaché comme bien d’autres par des industriels peu scrupuleux…
Déjà que dans le premier et le dernier livre il y avait des photos de Matsushima (touché par le tsunami)… j’ai de plus en plus l’impression d’écrire des livres d’histoire témoignant d’un Japon d’une autre époque… On savait que le Japon change vite… Mais peut être un peu trop ces derniers temps…

Continuer la lecture de « Japon Vu de l’Intérieur – le potager des Suda »

Tokyo Game Show et Tokyo Girl Show… 2 salons en 1 !

Ils sont malins les organisateurs du TGS ! Pour s’assurer un plus large public, ils ont organisé avec la complicité des éditeurs de jeux vidéo, en parallèle du Tokyo Game Show un autre salon beaucoup plus intéressant : le Tokyo Girl Show !
Ainsi pendant que des malheureux font la queue pendant des heures pour tester des jeux vidéos, afin de pouvoir élire le meilleur jeu de l’année à venir, d’autres arpentent les allées du salon pour trouver la plus jolie japonaise qui, souvent en tenue légère, sera capable de réchauffer n’importe quel cœur cet hiver où les restrictions électriques favoriseront le rapprochement humain…
Superbe et sexy jeune femme japonaise au Tokyo Game Show
Bon avoir une belle plastique ce n’est pas très difficile pour une japonaise… la génétique et leur long intestin garantissent un corps de guêpe (pour peu qu’il n’y ait pas trop de McDo comme repas)… mais rassurez vous mesdemoiselles/mesdames, la jolie japonaise à malheureusement souvent des parents qui négligent l’hygiène buccodentaire de leurs enfants… et les top modèles nipponnes ont souvent les dents pourries et/ou tordues… ce qui passera inaperçu aux yeux des japonais, mais pas à ceux des occidentaux !
Du coup le challenge de chaque Tokyo Girl Show est de trouver celle qui alliera beauté des formes et harmonie du visage… mais aussi qui dégagera une atmosphère sympathique… voir angélique… 😉
Ben je pense avoir trouver la gagnante sur le stand Capcom (qui comme chaque année à une sélection de folie ! Je veux bien les coordonnées de l’agence de mannequins…), et je vous mets cette magnifique femme japonaise en avant sur le post !

Ah mais quoi… j’en entends quelques unes qui râlent au fond de la salle… Ben faut bien que je compense les articles de mode de Valérie, non ? D’ailleurs la pauvre pleure de ne pas avoir de commentaires sur son dernier article… cliquez ici pour voir l’article sur la boutique de fringues BirthDeath.
Si elle a plus de 30 personnes différentes qui laissent un commentaires sur son dernier article, je promets de faire un post ici avec des japonais mignons en photos !

PS : merci à Mehdi d’avoir tenu la rotolight pour éclairer les modèles 😉

Continuer la lecture de « Tokyo Game Show et Tokyo Girl Show… 2 salons en 1 ! »

Le Mont Koya (ou Koya san) de Kyoto à la nuit ! Dormir dans un Shukubo

Après le petit break à Kyoto, la course reprenait direction Koyasan (qui est à peine à 3 heures de Kyoto). 2 changements de trains (Keihan Ltd Express, JR Kanku Kishuji Rapid et enfin Nankai Koya Line Express qui part de Osaka) et petit « câble car » (entre Gokurakubashi et Koya san), nous voilà donc au Koya san… Mais le périple n’était pas fini car obligé de prendre le bus (interdit de marcher, la route faisant juste la largeur d’un bus) pour nous rendre au « centre ville » à quelques minutes de là.
Entrée du Shukubo Saizen-in au Mont Koya
Bref, pas mécontent d’arriver enfin à notre Shukubo (temple proposant l’hébergement) qui s’appelait Saizen-in, on pose nos affaires dans notre chambre (la partie « hôtel » était neuve et ressemblait à n’importe quel ryokan… mais l’entrée et les bâtiments principaux étaient clairement un temple avec une superbe salle de prière au centaines de lampions dorés… mais comme on avait choisi une Shukubo pas vraiment faite pour les touristes étrangers, ici c’était interdit de faire des photos… snif…) et on nous annonce que le repas est servi à 17h00 (c’est tôt mais logique puisque les moines sont censés se coucher avec le soleil pour faire leurs prières à l’aurore : vers 6h00, voire avant…). Bref, on décide de sortir découvrir les temples aux alentours… On était à l’opposé du célèbre cimetière du Mont Koya, mais en même temps juste en face de l’immense pagode Konpon Daito (45m de haut) contenant une représentation de Dainichi Nyorai & co., et d’un ensemble de célèbres bâtiments comme le Danjogaran Kondo (principal bâtiment du Mont Koya), Danjogaran Saito, Danjogaran Fudodo (trésor national mais qui ne paie pas de mine d’extérieur), Danjogaran Sanoin, Sanmaido et encore la pagode Toto (rien à voir avec le célèbre fabricant de toilettes)… un peu plus loin on avait même le Kongobuji… mais la visite sera pour le lendemain 😉
C’est pas tout ça, mais un repas typique des temples bouddhistes (végétarien) nous attendait ! Et bien je dois dire que si c’est comme ça à chaque fois, je veux bien devenir végétarien ! Le repas est sûrement ce qu’il y a de plus exceptionnel quand on séjourne au choya san, c’est pourquoi dans le choix du Shukubo les critères imposés étaient authenticité et méditation gustative ! J’en salive encore en regardant les photos… C’était bon mais aussi surprenant avec des saveurs inattendues… Délicieux !
Avant d’aller se coucher on en avait profité pour refaire un petit tour nocturne rapide (les douches/sento du Shukubo fermant à 21h00).
Etonnement aucun moustique en vue et l’on a dormi la fenêtre ouverte (sans moustiquaire)… Le lendemain ça allait être réveil à 5h00 !

Continuer la lecture de « Le Mont Koya (ou Koya san) de Kyoto à la nuit ! Dormir dans un Shukubo »

Kyoto comme à la maison !

Depuis que j’ai fait les photos de maisons pour le nouveau site Internet de Vivre le Japon (vous pouvez voir mon travail ici, car je n’ai pas pensé à en refaire pour ce post -la maison est dans la ruelle à droite de la photo ci-dessous-… j’ai juste pris en photo le quartier 😉 ) qui loue des maisons japonaises à Kyoto… quand je me rends dans cette ville historique, je ne séjourne plus à l’hôtel, ni en ryokan et autres minchuku… mais bel et bien dans une maison ! Une vraie de vraie où l’on se sent comme chez soi (finalement c’est le cas puisque qu’on loue… même si c’est à la journée), ce qui fait que mon rapport avec la ville a complètement changé… comme si j’avais une seconde résidence ici !
Louer une maison à Kyoto c'est le top !
Du coup les journées à Kyoto ne sont plus planifiées comme des marathons touristiques, puisque l’on est à la maison ! On va voir les amis et voisins comme Thomas (connu à l’époque de son blog La Rivière aux Canards et depuis devenu son propre patron avec Bento & co.), boire un café avec Daniel en essayant de lui extirper les infos sur les meilleurs coins à visiter à Kyoto en ce moment (si vous cherchez un guide il propose ses services à travers l’agence Vivre le Japon, voir ici !), finir la soirée à réécrire le monde chez Philippe (qui tient le bar Frontières sans Nations dont j’avais fait un post ici), sans oublier de faire les courses ! Ben oui, faut bien remplir le frigo 😉
Donc notre passage à Kyoto était relax avant d’enchainer la suite. Et je crois bien que la prochaine fois Kyoto sera plus notre point de chute du soir pour aller découvrir tout ce qu’il y a autour en voiture, car la position centrale de la ville permet de rayonner sur pas mal de choses. Par exemple là (voir la galerie), de Toba on a mis à peine plus de 2h00 via la ligne Kintestu Limited Express pour rejoindre Kyoto (3780 Yens l’aller simple)… donc en gros si vous êtes à Kyoto vous pouvez vous faire une excursion d’une journée à Ise ! En gros 5 heures de trains et moins de 80 Euros par personne ! Et vous verrez que c’est tout aussi simple de se rendre au Koya san ! Et puis il y aussi aussi tout le côté sublime de la mer du Japon (Daniel nous en a partagé un bout sur son Twitter ici) !
Bref, je crois qu’il me faudra bien toute une vie pour découvrir tout le Japon ! 😉

PS : je précise que les maisons de Vivre le Japon se louent à la journée… Je ne loue pas une maison à l’année à Kyoto 😉

Continuer la lecture de « Kyoto comme à la maison ! »

Meoto Iwa, les deux rochers sacrés d’Ise

Il faut avoir du courage pour prendre en photo les deux rochers de Meoto Iwa à Ise au lever du soleil (ce dernier apparaissant juste entre les deux)… surtout l’été quand c’est vers 4h30 du matin ! Donc n’ayant pas pris d’hôtel à côté (si vous cherchez un endroit paisible où séjourner je vous recommande ceux qui sont en bord de mer, le coin et la vue sont magnifiques et très reposants je trouve !), c’est avec le premier train du matin (pas vraiment je n’avais pas le courage de me lever pour celui-là, j’ai donc pris à celui de 6h30) que je suis arrivé à la station JR Futaminoura et enchainé avec 20 minutes de marche pour arriver au sanctuaire de Meoto Iwa… Vous pouvez revivre cette partie en vidéo en cliquant ici, car j’avais fait un Live vidéo à ce moment là (vous avez été nombreux à suivre et la qualité de l’image était pas trop mal…).
Meoto Iwa Ise
Bref, pour le coup je n’ai pas été gâté par la météo avec une grosse couverture nuageuse… Mais j’ai quelques photos sympas et je dois dire que j’ai été séduit par le lieu (pas Meoto Iwa, mais plutôt le village). Et je crois que pour les prochaines vacances je prendrai un hôtel là au bord de l’océan, c’est très reposant… et pour une fois je vais en profiter pour ne rien faire au moins une journée… du moins je vais essayer 😉
Ce matin là, je ne devais pas trop m’attarder car le petit déjeuner servi à l’hôtel était à 9h00, donc 30 minutes de photos puis retour au pas de course à la station pour choper un des rares trains qui passent ici (toutes les 30 minutes je crois). Ce qui était bien, c’est que malgré l’hôtel en piteux état, le petit déjeuner japonais servi était bon et le bienvenue pour moi qui était debout depuis 3 heures sans manger… ^^x
Tiens ça me donne faim d’ailleurs, là tout de suite 😉

Continuer la lecture de « Meoto Iwa, les deux rochers sacrés d’Ise »